English
English / Français
Français
WINNERS   d’Andrea Molino (Italie)
GRANDE SALLE, 18 OCTOBRE À 20H30, 70 min.

RÉPÉTITION PUBLIQUE À 16H, entrée libre dans la mesure des places disponibles

WINNERSest un opéra multimédia créé par Fabrica Musica en collaboration avec le Festival de Brisbane. Le projet veut explorer, à travers la liaison entre musique et performance «la culture de la victoire», c’est à dire la tendance sociopolitique à vouloir classer peuples, nations, cultures comme «vainqueurs et vaincus». Cette thématique est explorée à travers des témoignages personnels de malades en cycle terminal et de victimes sélectionnées dans cinq lieux divers ayant en commun le fait d’avoir vécu des catastrophes, des guerres ou des violences diverses (New York, Etats-Unis; Sharpeville, Johannesburg, Afrique du Sud; Dresde, Allemagne; Ayutthaya, Thaïlande; Maralinga, Australie). Ces témoignages ont pu avoir lieu grâce à la collaboration avec l’hôpital San Giovanni Battista de Turin, le Beth Israel Medical Centre de New York et le Centre Universitaire des traitements palliatifs de la Croix Rousse à Lyon. En coordination avec une équipe formée par les chefs des départements de Fabrica et de l’équipe technique du Brisbane Festival, les membres de Fabrica participent activement au processus de création. Le groupe de percussions australien TaikOz et l’orchestre Dresdner Symphoniker de Dresde, participeront à la première réalisation européenne de ce projet.
 



Because you are a girl   de Joy Frempong(Suisse/Ghana)
13 OCTOBRE À 19H30, 50 min.

Fidèle à sa personnalité aux multiples facettes, Joy Frempong présente un répertoire de plus de 50 minutes où l’improvisation se mêle à divers genres musicaux : du jazz traditionnel à la musique électronique, de l'esthétique à l'expérimentation, de la contrebasse à la voix, de la chanson libre aux effets vocaux. La performance de Joy Frempong, accompagnée du trio belge Mad Dog, comprend des morceaux écrits et composés pendant son séjour à Fabrica, alors qu’elle était boursière du département de musique – dont notamment le morceau Because you are a girldu nom du CD éponyme distribué dans la collection Fabrica Musica CD Series - mais également de nouveaux morceaux mêlés à une bonne dose d’improvisation.
   



Survival Machines   de Gunnlaug Thorvalsdottir(Islande)
13 OCTOBRE À 20H30, 50 min.

Quarante-cinq minutes de solo, comprenant des morceaux tirés de son CD « Survival Machines » édité par Fabrica Musica CD Series, alternent avec des compositions récentes inspirées du concept de migration (et particulièrement de celle des oiseaux), et de la façon dont ces flux influencent le monde et son évolution. Gunnlaug Thorvalsdottir exprime avec le simple instrument de sa voix, les segments musicaux qui suggèrent un parcours, avec un lent commencement, une apogée et un épilogue visant à suggérer à l’auditeur la nécessité de commencer un nouveau cycle vital. La musique est le fruit de divers effets vocaux et d’autres créés par ordinateur.
   



On the incense mountain –
a psalm of motion
  de Mark Eliyahu(Israël)
80 min.

On the incense mountain – a psalm of motion est une œuvre originale qui se développe pendant quatre-vingts minutes pour exprimer et provoquer des émotions liées à l'être humain, à la prière et à la beauté de la création. La musique a été écrite et arrangée par le jeune compositeur israélien Mark Eliyahu, maître du «kamanche» en collaboration avec son père Piris Eliyahu, qui lui a transmis sa passion pour les instruments traditionnels de la culture musicale iranienne. Le séjour de Mark Eliyahu à Fabrica en 2004, à l'occasion de la production de l’œuvre multimédia Credo, L’innocence de Dieu, a été essentiel pour la réalisation de son premier disque Judean Voices.
   



Journey of the rivers   de William Barton(Australie)
60 min.

Journey of the riversest un projet original de William Barton, musicien aborigène originaire d’Australie, grand virtuose de didjeridoo. Le paysage revêt une signification particulière pour les aborigènes australiens. William Barton a composé cette partition originale pour didjeridoo, voix et quatuor à cordes à la recherche d'un parallèle entre la signification de la terre pour les aborigènes et celle du paysage dans d'autres cultures. Cette création explore la manière dont le récit et le chant sont utilisés dans chaque culture comme moyens de transmission orale de leur histoire et de leurs valeurs. Dans sa performance se mêlent musique et vidéo : des images de fleuves et de cours d’eau reflètent, comme dans un jeu des miroirs, la voix de Delma Barton. Les sons et les rythmes agissent comme les représentations sonores de la diversité des expériences vécues pendant son passage à Fabrica.